Culture
Devenez le boss du CamelCase

Devenez le boss du CamelCase

Parlez-vous le chameau ? Et bien grâce à notre cher ami à deux bosses, nous allons pouvoir aborder ensemble une notion anglo-saxonne bizarroïde et un style typographique issu de l’informatique, le CamelCase.

Qu’est-ce que le CamelCase ?

Déjà, c’est de l’anglais, qui littéralement traduit donnerait quelque chose comme CasseDuChameau (ou du Camelus à deux bosses pour les puristes). Puisque nous parlons écriture, profitons-en pour rappeler ce qu’est « la casse ». La casse, à ne pas confondre avec le casse du braqueur, est le terme employé pour définir l’alternative entre une lettre en MAJUSCULE ou CAPITALE et une lettre en minuscule. Ces lettres qu’on appelle « bas-de-casse », car on les rangeait en bas du meuble appelé « casse ». La mot « casse » nous vient donc de la rencontre de la menuiserie et de l’imprimerie il y a quelques siècles.

Mais revenons à nos chameaux. Le CamelCase, en langage informatique, est une technique qui consiste à lier les mots entre eux et à mettre la première lettre de chacun d’entre eux en majuscule. Un exemple simple : CasseDuChameauEnCamelCase

À qui cela peut-il bien servir ?

L’utilisation de cette simple règle d’écriture peut s’avérer très utile en de nombreuses circonstances. Elle permet en effet de gagner en lisibilité quand la contrainte ou la volonté nous poussent à supprimer les espaces entre les mots.

Le développeur et l’internaute lambda se retrouvent souvent devant la même problématique : créer une chaine de caractères formée de plusieurs mots sans pouvoir utiliser ni espaces, ni caractères spéciaux. Dans cette situation, le CamelCase peut s’avérer particulièrement efficace. Côté informatique, on se sert donc de la casse.
Quelques exemples : ProfilFacebook, #HashtagTwitter, .MaClasseEnCss

Le CamelCase est utilisé par les créateurs de marques, designers et autres marketeurs depuis au moins 1953 et l’apparition sur grand écran du logo du CinemaScope, la nouvelle technologie de l’époque. Bien d’autres marques et enseignes se servent toujours de cette technique afin que leur nom sorte plus facilement de la masse. Côté marketing, on se joue donc de la casse.
Quelques exemples : YouTube, PlayStation, MailChimp, GitHub, McDonald’s, BlogDuWebdesign, WordPress

Usage pratique

Utiliser le CamelCase peut également être un bon moyen pour hausser le niveau de sécurité de vos mots de passe sur internet. Sur la plupart des sites et applications, le champ dédié au mot de passe est sensible à la casse, c’est-à-dire qu’il reconnait chacun des caractères comme majuscule ou minuscule. MonMotDePasse devient alors plus sûr que monmotdepasse.
D’autres techniques simples et mnémotechniques permettent de renforcer la sécurité de vos mots de passe. Nous y reviendrons plus tard dans un article dédié au sujet.

Et vous ? Vous êtes sensible à la casse ?

Bastien, Direct du Web.

Illustration-article-camel-case

PLUMES&PIXELS

PAYS BASQUE

PLUMES&PIXELS

PAYS BASQUE
PLUMES&PIXELS
MENU MENU